mercredi 28 novembre 2012

Saison 2013


Il faut bien avancer et regarder devant à présent... s'annonce 2013 ... un p'tit coup dans le retro tout de même pour s'apercevoir que 2012 a sans aucun doute était ma plus belle saison sportive.
Comme en aurait-il pu en être autrement avec cette qualification hawaienne et un résultat au-delà de mes espérances, hein ??? Confiance, abnégation, investissement  et sérieux ont contribué à ce succès !
A classer au rayon des souvenirs désormais gageons que je saurais profiter d'une manière ou d'une autre, que ce soit dans ma vie sportive ou pas d'ailleurs, de ces moments forts et intensément uniques : Il n'y aura, quoiqu'il advienne, qu'une 1ère fois à HAWAII ;)



La première partie de saison à venir sera fortement orientée course à pied. C'était prévu de longue date. Depuis mes blessures lors des prépas marathon de Barcelone 2010 et Paris 2011 où je m'étais finalement présenté en "touriste" je n'ai pu tenter d'aller chercher mon PB sur la distance (La Rochelle 2008). Donc en 2013 ce sera, à nouveau, Paris. Y'a rien à faire j'adore cette course et ce parcours entre les 2 poumons verts de la capitale. Et puis ce sera l'occasion de revoir pas mal de têtes connues.
En cela je serai aidé par Nicolas HEMET. Finalement pas trop dégueu' comme coach, j'ai décidé de lui renouveler ma confiance ;))

Si la première partie de saison semble ± précise avec déjà quelques courses préparatoires en tête pour le MDP'13,  la seconde l'est beaucoup moins pour le moment. Nul doute que çà se décantera en temps voulu...

Ravi de vous annoncer que Gu Energy sera à mes côtés pour la saison 2013 !!
J'ai découvert leur produit à Kona et j'ai été bluffé par les gels notamment. Outre le fait de bien les tolérer (c'est ce que j'ai pris sur le vélo et la CAP) ce sont de pures merveilles gustatives. En tant que gros fana de chocolat et de café j'ai été conquis par l'Espresso Love et le Chocolat Outrage. Et en plus ils sont partenaires du marathon de Paris, çà ne pouvait pas mieux tomber ! Merci encore à eux, sincèrement ..



Et puis je l'avais déjà annoncé, après m'avoir équipé pour Kona, i-run.fr sera partenaire équipement pour la saison 2013. Grâce à eux je porterai la marque ZOOT qui j'espère me portera autant de chance qu'en octobre 2012. ;)

Bon voilà maintenant il faut reprendre sérieusement le chemin de l'entraînement, retrouver une attitude saine afin de faire, dans un premier temps, un beau marathon de Paris.

A bientôt !





vendredi 2 novembre 2012

Kona : my Race !



Allez j'y reviens sur cette course, cette fameuse course du 13 octobre 2012.
Y être était déjà une victoire. Depuis novembre 2011, et le début de la prépa', je ne pensais qu'à une seule chose, me qualifier pour Hawaii !
Et une fois obtenue le précieux sésame, quoiqu'il arrive, ma saison était réussie. Y être donc, et en vrai, pas virtuellement derrière mon PC, à quelques milliers de km de là, était tout simplement la cerise sur le gâteau.

Sur Dig Me Beach à 30' du départ, dans ma bulle, concentré, j'y ai d'ailleurs beaucoup pensé ... "T'y es mon gars .. tu l'as voulu ... faut juste assurer maintenant, faire juste ce que tu sais faire ...."  ... C'est certainement le moment le plus stressant/émouvant de la journée que j'ai connu, mais il était bon et très intense.

Arrivé à J-12 sur Big Island j'ai effectué de bons entraînements sur place. Dans les 3 disciplines j'avais vraiment de bonnes sensations. Seul un tendon d'Achille légèrement douloureux venait me rappeler à garder une certaine vigilance en course à pied.
Pas ou très peu de stress à quelques jours de la course. La veille, fait rare, je dors même comme un loir. Estomac noué d'ordinaire là je me sens relax et ai une faim de loup et m'enfile mon p'tit déj habituel (même le Nutella® est de sortie ;) .. merci Carole !!).
A 5h RDV avec les Fantouchais chryslérisé et direction le Pier. Avec Sandra nous ne sommes pas super au point. D'abord à nos vélos, sans être body-marké, et nous voilà à devoir remonter toute la chaîne afin de se faire tatouer et peser.

En totale introspection sur la mince bande de sable du coin j'assisterai au départ des hommes à 6h30 et des femmes pro 5' plus tard. Une mise à l'eau la plus tardive possible me laissant le temps de gamberger un chouille avec un "... mais qu'est-ce que je fous là, bordel ..." assez classique.
A moins de 5' du départ (car faut bien y aller, hein ..!) je me jette à l'eau et me dirige vers l'endroit qui me semble le moins dense. C'est au milieu. Je m'avance, nous ne sommes pas les uns sur les autres, et je peux progresser jusqu'à me retrouver en 1ère ligne. L'eau ne me paraît pas bien chaude, j'ai limite froid (bien fait d'attendre le dernier moment) mais je n'ai pas le temps de trop y penser. C'est parti !
Rien vu, rien entendu, c'est juste le mouvement de masse qui me fait réagir (apparemment problème de canon d'où le décalage entre chrono affiché sur la ligne et chrono réel).

NATATION

Nous sommes 2000 et autant dire que çà secoue quelque peu. La natation étant mon point faible, je redoute cette 1ère épreuve, a fortiori plus relevée et plus dense que sur n'importe quel autre IM, et disons que je suis agréablement surpris. Ok çà frotte, on reçoit des petits coups mais j'ai connu bien pire sur des courses régionales d'une centaine de participants.
Après 200m et sur-régime volontaire la nage est bien posée, la ventilation redevenue normale. Je m'attache à la fois à nager le plus droit possible et à éviter d'être trop proche d'autres concurrents.  La promiscuité n'est d'ordinaire pas un facteur de stress mais dans l'eau celui-ci est assez puissant à vrai dire ;)








Au demi-tour, voilier à contourner, obligation de faire quelques mouvements de brasse pour me dégager et me réorienter correctement. Il y a une belle densité, mais ce n'est pas ce qui me gêne le plus. Je regarde devant moi et le Pier me semble loin mais loin. Pffff ... tout çà à se taper encore ... !! ;))

Finalement le retour passera plus vite que l'aller, je suis à l'aise et peinard et peux même me décontracter le diaphragme en toute quiétude.
Il n'y a qu'à 200m de la sortie que les choses se corsent. D'un coup d'un seul cela devient hyper dense, pas assez de place pour poser nos jambes et nos bras. Nous sommes les uns sur les autres ... "It's like IronWar" comme dirait l'autre mais version aquatique. A un moment un gars derrière me chope le mollet et me tire sous l'eau. L'envie de me retourner pour lui en foutre une fût bien présente mais la sagesse et l'idée que çà ne me serait que néfaste pour la suite me pousse à tracer ma route.
Sortie de l'eau en 1h04'40 avec une légère insatisfaction chronométrique. Aux sensations j'espérais un tout petit peu mieux. Ceci dit les conditions houleuses de cette année n'ont pas donné des temps monstrueux. C'est donc assez logique et tout à fait mon niveau d'avoir le 530ème temps général sur cette 1ère partie (88ème dans mon groupe d'âges 35-39ans).

Une T1 bien maîtrisée, sans perte de temps malgré le monde. Il n'y a qu'au moment de la montée sur le vélo où me retrouvant bloqué derrière des vélos je perds en fluidité dans l'action.

VELO

Une boucle initiale dans Kona m'invite à la vigilance devant la densité d'athlète. La montée de Kuakini sans trop forcer, un u-turn (voir video à 0'45") et une descente au taquet avant d'attaquer Palani Road (avec un coucou à Gwen et la famille au passage) me font déjà remonter pas mal de places.
Nous sommes sur la QueenK. Et désormais c'est une longue ligne droite sur la highway qui nous attend. Avec vent favorable et puissance développée légèrement supérieure à la puissance moyenne à tenir sur l'ensemble du vélo çà file très vite ( + de 40km/h). Le but étant d'éviter au maximum de devoir composer avec le drafting je suis hyper vigilant sur ce point. D'ailleurs je constate que les arbitres sont nombreux et que les penalty box sont pleines. Top !


C'est assez usant mentalement, comme si çà ne l'était déjà pas assez physiquement ;), et empêche d'être un maximum linéaire dans l'effort. Il faut faire avec, j'étais prévenu et coach Nick m'avait préparé à cela.
D'ailleurs ce fût un vrai régal de suivre ces consignes tout au long de ces 180km de vélo. Les jambes étaient là et je n'avais qu'à consulter mon Post-It® spécial Kona (j'en ai usé une palette sur la prépa' au moins ;)) afin de savoir comment je devais mener mon Canyon.



Une première partie très rapide, une seconde (avant le début de la montée d'Hawi) qui l'est moins afin de souffler un peu et une dernière en montée où je suis très surpris par le vent. Lors de ma reco j'avais le vent favorable dans cette partie et j'ai pu monter sur la plaque. Là c'est quasi tout à gauche avec vent violent de face ou 3/4 face. On n'avance pas un pète ! Je manque même d'aller goûter le bitume quand, voulant m'hydrater, je chope mon bidon et qu'une rafale me fait littéralement voltiger. Quelle frayeur ! Mes mains n'ont plus quitté le cintre jusqu'en haut.

Enfin le U-TURN ! Je pense à mes "fans"en train de suivre le live depuis la France, y doivent être content de voir que je suis toujours In Da Race ;)
Mon estomac sonne creux et le mini-sandwich au poulet emmené sur le vélo me fait du bien. Il est vite avalé car autant on n'avançait pas dans un sens autant dans l'autre mon 53*11 semble trop juste et me demande des révolutions de 110 à la minute. Là aussi pas question de lâcher le cintre ....
J'avais pu croiser les pros dans la montée (Seb K. et Marino en tête), maintenant je vois ce qui se passe derrière. Pendant pas mal de temps je cherche le dossard 1545 et le casque jaune fluo de Sandra.


Je me dis, au fil des miles, qu'elle a nagé comme une déglinguée et qu'elle est toujours devant (finalement, d'après les split time, j'ai du la doubler au début de la QueenK et je l'ai loupé sur le retour). Cela a le mérite de s'évader un peu mentalement, nous voilà dans une partie de relâche relative avant d'arriver au carrefour de Kawaihae.



Jalabert me double, je le redouble (nous sommes entre le 120 et 130ème km) et du coup je relâche moins que prévu. Juste avant le carrefour c'est de la bonne grosse montée à 6% et vent pleine face : c'est l'endroit du parcours où j'ai du le plus m'employer pour ne pas reculer ;)
Dernière ligne droite ! Bon ok il reste plus de 50 km (vent défavorable pour que ce soit plus marrant ;)) mais c'est le moment de vérité ! Là je suis à la lettre les consignes et tout se passe nickel.
Lors de mes 3 premiers IM j'avais toujours connu un coup de moins bien à partir du 120ème km. Là en continuant à bien gérer alimentation/hydratation et en usant et abusant des bouteilles d'eau fraîches des ravitaillements pour me refroidir je suis resté homogène et j'ai pu sortir les watts jusqu'au bout tout en reprenant du monde. Super agréable !

A 20 puis 10km de la pose du vélo je continue mes calculs et voit que le sub5 est toujours d'actu, et ce d'autant plus que la toute fin est assez favorable côté dénivelé et vent.
Sur Makala Bd, à l'entrée de Kailua-Kona donc, je suis toujours dans le match et fait l'effort pour rester dans la même unité d'heure que les pros. C'est bête, hein ... mais j'y tenais (pas forcément au début de la course car cela dépend trop des conditions) car c'est toujours un boost mental également pour la suite. Dernier virage à droite, je me déchausse dans la descente, un regard au chrono : "Yeeees .... good job mon gars !! "


En posant le vélo en 4h59'27 je réalise le 13ème temps vélo dans mon GA et remonte ainsi à la 14ème place. Au général je passe de la 530ème à la 113ème place. Au regard des temps vélo effectués par les pros notamment (± 4h35) ce fût une année peu rapide. Je n'ai donc que plus de satisfaction à afficher un sub5 !

Une T2 bien menée, sans précipitation. Après un long tour pieds nus dans le parc à vélo je chope mon Run Bag. Une bénévole me pose une serviette fraîche sur les épaules (My Godness ... c'est trop bon !!!!) par contre je décline le badigeonnage de crème solaire. J'enfile mes manchons de compression, plus par précaution que réelle nécessité, mes chaussettes et mes runnings et me voilà parti, tout en positionnant visière et lunettes, pour ma partie préférée.

COURSE A PIED

Un peu comme à Lanza'09 je me sens très frais à la pose du vélo (c'était moins le cas à Regensburg'10 et Francfort'12).
Mis à part le fait de constater d'emblée que j'ai les jambes c'est aussi et surtout la chaleur qui m'a surpris au début du marathon. La chaleur j'adore çà mais je me dis qu'il va falloir abuser des éponges fraîches et de la glace, à l'image de Caroline STEFFEN.


J'ai pu rêver un instant en croisant (dès mes 1er pas sur Kuakini Hwy) Crowie à sûrement ±17 km/h (les spectateurs s'extasiant par des " Waaaahhh .. what guy ...") avec cette présence, ce style bien à lui (mais qu'est-ce qu'il est beau à voir courir ce type !!). Juste avant j'avais pu croiser Romain Guillaume, moins dynamique c'est certain, mais bien placé après l'A/R sur Alii Dr.


Quelque part je suis boosté car les pros avec leur 30' d'avance n'ont "QUE" cette A/R d'avance sur moi me dis-je. Pas de calcul alambiqué, j'ai bien à faire à gérer déjà mes ravitaillements dès le début du marathon, mais cela ne me paraît pas être énorme. Bref ...
Avec mon ami Cervantes from Mexico (qui, sur le coup, me semble avoir sûrement abuser du combo tortillas/guacamole pendant sa prépa ;)) ) la vitesse le long de l'océan est légèrement trop haute.
Certainement pressé de croiser (çà fait long depuis le matin) Christine, Carole & Oskar-Max qui se trouve au niveau de White Sand Beach je décélère que très progressivement.



Au bout d'Alii je rattrape Jaja (vidéo 2'06) et c'est vraiment à ce moment là que je percute que je suis peut-être en train de faire un gros truc aujourd'hui. Sur le retour je croise des têtes connues me confirmant la chose.
En retrouvant à nouveau Christine je sais, par contre, que maintenant, même si je ne suis pas un performer aujourd'hui je serai au moins finisher. Et çà j'en suis convaincu, même en rampant ! C'est déjà une petite victoire personnelle.
Stéphanie, juste après le Lulu's, est là d'ailleurs pour me confirmer qu'il ne faut rien lâcher : "Message du coach ... si tu continues comme çà c'est Top100 ..." ... de manière effrontée je lui réponds "Oui, je sais ..." mais quel gros malin je fais, hein ????   ;)) ... mais j'ajoute " ... elle est où Sandra ???" toujours intrigué de ne pas l'avoir vu durant la course. "Elle arrive ..." me répond Stéf ! Malheureusement après un vélo compliqué sans rien pouvoir avaler elle a du jeter l'éponge  à T2 :(





Après cette boucle initiale il faut monter Palani Rd avant, comme à vélo, de prendre la QueenK. Là nous sommes au paroxysme du 'chaud-bouillant', je ne m'arrête cependant pas de courir de peur de ne pas retrouver mon rythme ensuite.

Sur la QueenK c'est une interminable ligne droite de 9km qui nous amène à EnergyLab. Ma plante des pieds est en surchauffe (déjà) et l'allure commence à flancher (re-déjà !). Ceci dit avec des ravitos tous les miles où je répète le même rituel : éponges / eau glacée sur le visage / 2-3 gorgées de Cola / glace / re-eau et re-éponge je gère pas trop mal mon affaire et continue à remonter dans le classement.




Je ne sais plus le nombre de fois où, matant l'horizon, je me suis dit  ".. Aaah çà y'est c'est là ! .." sous-entendu c'est là qu'on tourne pour entrer dans Energy Lab .. C'est très long ! Même le fait de croiser les Pros H & F n’atténue pas ce sentiment qu'on n'en verra jamais le bout.

Coucou à Piero au miles 11

Energy Lab est là et finalement l'A/R passe relativement rapidement. Seul hic je loupe ma ration de Coca® à l'entrée et je connais juste derrière une baisse de régime très nette. L'hypo est là ! Des bonbons GÜ, que j'avais pris au càs où, me sauve la vie même si sans eau et avec la bouche complètement sèche çà passe difficilement.

De nouveau sur la QueenK mon allure a pris un sérieux coup dans l'aile. C'est un combat permanent avec moi-même désormais sur ces 10 derniers kilomètres. Du classique sur IM quoi ...
Quelques athlètes me doublent. L'inverse est de moins en moins vrai. C'est dur mais je sais que la fin est proche, elle s'approche même plus vite que prévu et c'est top pour le moral.
A 4km de l'arrivée une grosse crampe dans l'ischio vient me planter alors que je tentais de relancer l'allure au sommet d'une bosse. Je suis obligé de m'étirer et de finir sur une foulée rasante au maximum afin d'éviter le pétage complet.
Du coup quand Debil-Caux de Beauvais revient sur moi dans la descente de Palani Rd je n'ai pas la force, les jambes pour jouer avec lui. Idem avec ce SudAf qui me dépose littéralement dans la rue du marché à quelques hectomètres de la fin.
Tout cela n'altère en rien ma fin de course. Je peux savourer ces 2 derniers miles, je sais que je l'ai fait ce gros TRUC !! Seule cette nouvelle crampe de l'ischio à même pas 200m de la ligne m'empêche de savourer pleinement, de partager encore davantage avec le public. (voir vidéo 2'26) ... Christine était là à moins de 5m, je ne l'ai même pas entendu. Et pourtant ces "Chriiiiiiiiiis" ont du arriver à mes oreilles, pas possible autrement ;))
Ce marathon est bouclée en 3h09'52 (17ème temps dans mon GA).



- Temps : 9h19'43s (1h04 / 4h59 / 3h09)

- Classement overall : 58ème / 1982 partants (95% de finishers)

- Classement GA 35-39ans : 7ème / 214

- 3ème français amateurs





Comme je disais précédemment un TOP 100 à Hawaii dans le monde du triathlon amateur est phénoménal. Elle vient ici véritablement récompenser mon investissement de l'année 2012 qu'il soit financier ou personnel et familial. C'est très important qu'il y ait au bout le sentiment d'avoir un truc quasi palpable, un truc très fort !

Pouvoir performer sur 2 IM en 3 mois nécessite forcément d'avoir un peu de chance. Chance de ne pas avoir crevé durant la course, d'avoir eu un incident mécanique, de ne pas s'être blessé durant les prepa' ou encore pleins d'autres petites choses faisant que tout se termine prématurément.
Mais la chance il faut savoir, un, la provoquer et, deux, la minimiser en sachant ne laisser aucune place au hasard. Et en ce sens je pense que le travail effectué (pour encore parler de lui ;)) avec Nicolas HEMET durant cette année a été fantastique. Merci encore au TEAM X-Pier et RDV en 2013 !







Crédits photos : 

  • Pierre MOULIERAC - TriMax Hebdo
  • FINISHERPIX 
  • Gwen TOUCHAIS
  • Thierry SOURBIER - Onlinetri.com & Trimag








dimanche 14 octobre 2012

Kona : OK !

Un billet succinct avant de raconter plus précisément The Race.
Si j'avais eu le rêve d'une place jamais je n'aurais imaginé un top 100. Là le but premier était de finir, ensuite, parce que je m'étais préparé correctement et ne venais pas en touriste, je ne crachais pas sur une belle performance..
De là à imaginer une 58ème place et un 9h19'43 (sur une année pas forcément rapide) il y a un pas que je n'aurais osé franchir. Et pourtant, c'est bien ma pomme que l'on retrouve à cette place. Du mal encore à y croire mais comme je disais sur FB, en y réfléchissant un peu, en faisant une course pleine ce n'est pas si étonnant finalement.
Le coach m'avait super bien préparé, j'ai été un élève appliqué et avec un soupçon de chance sur la course et bien çà a fait un joli résultat. Très heureux pour ma famille, mes amis et Nick Hemet donc de leur faire plaisir en transformant l'essai de fort belle manière.

Sur la course elle-même. Parti en 1ère ligne, en plein milieu, çà été costaud sur 200m puis je me suis écarté sur la gauche pour éviter le people. Baston légère au voilier tout au bout mais pas tant que çà.
Juste moins d'1h05, vu les sensations j'aurais parié un peu mieux.

Transition très rapide et en route pour 180km de ride. 1ère heure hyper rapide, une montée d'Hawi avec un vent latéral très fort et un retour, pas forcément facile, mais en tous cas sans coup de mou en reprenant du monde. Mon plus beau vélo sur IM sans aucun doute et le chrono s'en ressent avec un -5H00, comme je disais, sur une année pas facile à la vue des conditions météo.


       

Sur le run, un A/R sur Alii Dr hyper facile, 15 bornes d'enfer. Puis montée de Palani Rd et gros coup de chaud et enfin la QueenK.


Cet aller vers EnergyLab m'a paru trèèèès long avec la plante des pieds qui brulent sévère.
Le tour dans NRJ passe finalement vite même si le loupé d'un ravito Coca me faire perdre de la lucidité et du temps.
Sur le retour à partir du 30ème ce n'est plus que la tête qui te fait avancer. J'en peux vraiment plus ...
En essayant d'accélérer sur les 4derniers km au denivelé avantageux je me crampe les ischios, çà fait un mal de chien !!
De nouveau, à 200m, de la ligne, ces mêmes crampes. Un dernier étirement puis c'est la délivrance ....






vendredi 12 octobre 2012

Kona H-10

Les dès sont jetés ou presque !!
Les derniers entraînements, sans être énoorme (et tant mieux ;)), ce sont bien déroulés. Le retrait des dossards trop facile en 10'. Et enfin la dépose vélo et sacs en cette fin d'aprèm' ....


                                                            source Tri Max Hedbo

Là j'ai eu un léger coup de stress. Toujours cette impression d'être désormais un des nombreux figurants> des nombreux films que j'ai matté (surlesquels j'ai même bavé) mais avec le décor final installé désormais. C'est drôle mais aussi prenant ...
Cette  p**** de finish line  je la veux demain, et si ce n'est pas trop demandé, dans un temps correct. Pour cela il me faudra sortir une belle course à pied : j'essaierai d'être à la hauteur !

En tous cas un très grand merci aux nombreux messages et marques d'affections reçues.

Je vous dis à demain avec a minima la médaille de finisher. A LO HA

Pour suivre la course : http://kona.ironman.com/   --> dossard 1477

mercredi 10 octobre 2012

Kona J-3


çà approche à grand pas mais toujours pas de stress de mon côté. A la rigueur la nata, quand j'y pense, me tracasse légèrement. Un peu flippé d'en prendre plein la tronche pendant 3800m . Pour le reste, pas de souci, j'ai même hâte d'en découdre.
J'ai bossé pour en arriver là, c'est tour de même que du bonheur que de se retrouver dans ce cadre sympa (faudrait être difficile, hein ?) alors je prends tout ce qui me vient et profite un max ....

Côté sportif après une petite nat de 50' au Pier lundi matin je suis allé courir du côté d'EnergyLab à l'heure du déjeuner. En gros c'est le demi-tour au nord où il n'y a pas un pète d'ombre et où la roche noire et le bitume vous restituent toute la chaleur. Rien d'inhumain mais il y fait vraiment chaud, surtout quand le vent est favorable.



 Aujourd'hui une bonne séance de nata au Kona Aquatic Center avec Sandra. Du monde mais nous avons eu notre ligne d'eau tranquille. S'en est suivi une toute petite sortie vélo en reco de la boucle initiale.

Un peu de repos en famille puis direction le centre névralgique de l'épreuve pour la parade des Nations. Un bon moment, vraiment ... mon p'tit homme a adoré çà ! Papa aussi, mais un peu moins que tous les beaux stands qui ont fleuri partout en 2 jours ;))



EnjOOOOOoooY


lundi 8 octobre 2012

A bout d'Hawi ..


... non pas pour espérer avoir les jambes de Faris ou de Jérémy sur le vélo mais bien pour "faire connaissance" avec ce célèbre U-TURN au nord de l'île.
Ma plus longue séance vélo sur Big Island m'aura donc amener à faire la montée d'Hawi et à revenir avec du travail spécifique sur Kona avant de faire un tout petit enchaînement à pied.

Cette longue langue de bitume ventée est loin d'être plate, c'est même bien pentu par moment. Ce sera , espérons-le, gage de moindre monotonie samedi prochain.



Une bonne séance de natation effectuée aussi le matin. De plus en plus de monde sur le Pier avec des têtes françaises bien connues comme Cyril Viennot ou THE photographe Thierry S.
Pas de dauphins cette fois-ci mais, au moment de revenir à mon point initial, l'apparition de 2 X-Pieriennes émérites, Sandra et Stéphanie et, un peu plus loin, de Gwen arme au poing ;)




Voilà, après un samedi bien chargé la journée off du dimanche est la bienvenue. A la fois pour récupérer physiquement et mentalement et surtout passer un peu plus de temps en famille.
Comme je lui avais promis à Oskar-Max nous avons été voir les tortues et les 'poichons' ... ben finalement il s'en fout un peu. Nan son truc là ici ce sont les voiturette de golf. Ah j'te jure les gosses .... ;))







Bon demain p'tite nage au Pier et course à pied sur Energy Lab afin de voir à quelle T° je vais griller sur le marathon !!!
Toujours une bonne forme, un affûtage qui se passe bien ... reste seulement à endiguer les restes de ce rhume qui m'encombrent les bronches.
Cette dernière semaine va passer vite avec la récup' des dossards, la parade des Nations etc ....
En tous cas c'est no stress. C'est bon çà !



;)

samedi 6 octobre 2012

Faire le kéké sur la QueenK ...

... c'est fait ! J'en rêvais et çà y'est ... c'est fait !
Hier lors d'une bonne sortie vélo de 2h30 j'ai pu avoir une idée plus précise de ce qu'il en retournait. Ben c'est vachement bien ;))) Nan sans rire, il fait chaud et y'a du vent .. bon çà je le savais, mais le vivre c'est autre chose.
Après un tout léger footing,  2ème bain au Pier, en fin d'aprèm, avec le privilège de nager avec une horde de dauphins. Pour ceux qui ont vu mon FB la photo ci-dessous n'est pas de moi mais on était vraiment dans le même trip.
J'ai cru rêver quand j'ai vu filer un truc devant moi, puis j'ai entendu des p'tits sons caractéristiques bien aigus. Et là j'me dis "Naaaan" ... et ben "siiiiiiii ..." ... deux, trois puis bientôt une dizaine de dauphins là sous mes yeux.
Sincèrement j'ai été trèèèès mal à l'aise sur le coup (la peur du nombre ??) mais après coup quel bonheur. Surtout que je garde en tête le fait qu'un ait nagé pendant quelques secondes 5m à ma gauche. Délire ...










Sur Alii Dr ce matin un A/R, là aussi en mode kéké, pour ne pas jurer de trop dans ce monde IM puis une halte sustentatoire dans un lieu ô combien mythique.
Il n'était pas encore au parfum de la tenue symbolique du bazar (quoique ...) mais Oskar-Max s'en faisait déjà une joie, et ne l'a pas regretté ...




Le coach m'avait encore gardé quelques surprises au cours de la journée, ce fût agréable. Et celles à venir, car je sais qu'il n'est pas avare de ce côté là, seront encore nul doute bien sympathiques.

Bon il est l'heure d'aller se coucher (et oui avec les 12h de décalage ... ben on est complètement décalé) .. en France vous entamez votre samedi qu'ici c'est l'heure d'aller s'envoyer un gallon de bière comme tout bon vendredi (Ah non ... merde .. c'était avant çà ..,  !)

Non allez franchement, pour finir, voici le 1er article paru tout récemment sur u-run.fr pour mon arrivée dans la team I-RUN. I-RUN sera mon partenaire course à pied pour la saison 2013.

ALOHA



jeudi 4 octobre 2012

Sentir les embruns d'Alii

L'histoire retiendra (ben oui quoi .. !) que c'est sur Alii Drive que j'aurais effectué mon premier entrainement sur Big Island. Et non pas à pied mais avec mon 2 roues fraîchement remonté en allant également goûter de la fameuse QueenK surchauffée. Vérification du matos, du bonhomme aussi .. et tout va bien malgré un bon rhume chopé dans les avions pour venir jusqu'ici ....

Ce voyage, un vrai chemin de croix .. mais que l'on oublie vite en posant les pieds dans la moiteur de l'île.
28h de voyage avec un Oskar-Max qui ne ferme pas un œil durant  les 11h de vol entre Paris et Los Angeles et ne tient pas plus de 5' à jouer dans sa nacelle. Yeaaah  !!!!!

Une nuit courte à notre arrivée (ben oui on s'est couché au moment où notre horloge biologique nous disait de nous lever) et une promenade familiale pour profiter du lever du soleil et faire nos emplettes pour un p'tit déj' bien mérité et attendu.



Vraiment surpris par cette chaleur lourde. On était prévenu mais bon, même pas 30°C et vraiment du mal avec cette humidité. Etonnant !
Pas contre de petits alizés et autres embruns d'un coup bien plus sympathiques que d'habitude.

En fin d'aprèm' un p'tit tour du côté du Pier pour cette fois goûter à l'eau (trop) salée du pacifique.
Chrissie WELLINGTON qui sort au moment où je m'apprête à me dégourdir les bras. Y'a pas de doute nous ne sommes pas n'importe où ....



La découverte et mon rêve éveillé continue ces prochains jours avec d'autres endroits magiques et  mythiques à mes yeux surlesquels les entraînements, par contre, devraient être un peu plus corsés.




lundi 1 octobre 2012

H-8 ... Kona nous voilà !

En-fiiin ! ... H-8 avant le décollage et être dans la place d'ici demain soir ... !
Les valises et autres sacs sont ready.
Prêts donc pour le long voyage .. en espérant que le t'choupi ne soit pas trop perturbé, et les parents pas trop décalqués non plus ;)
Un court passage par Paname puis direction LA pour une petite escale, et enfin un dernier saut pour aller sur Big Island.

Les dernières séances du WE ont été longues et ardues (merci coach !) pour appliquer de la meilleure manière qui soit, dans moins de 2 semaines maintenant, le célèbre -No Pain No Gain-


Des news de là-bas d'ici 2/3 jours maintenant avec les premières photos, les premiers ressentis. En attendant un aperçu du singlet que je porterai le 13/10. Merci à i-run et à Zoot pour leur précieuse aide.




A L O H A 






vendredi 28 septembre 2012

CD Biscarosse (40)

A 3 semaines de la course de l'année (de ma vie ??) je m'alignais sur le CD de Biscarosse dimanche dernier.
RDV traditionnel de la fin de saison en Aquitaine j'avais vraiment très envie d'y être. Le seul risque étant, en période chargée, de perdre en confiance avec un résultat et/ou des sensations dégueulasses. Il fallait juste en être parfaitement conscient ..

Une natation au charbon, histoire d'avoir un avant-goût de ce qui m'attendra le 13/10. Je pars fort, à mon humble niveau, mais avec + de 4 ou 5 paires de guiboles et bras autour de moi je ne suis pas super à l'aise. Je m'écarte et continue plus tranquillement et sors à l'australienne avec Ludivine en tête chez les filles.



Sur le 2ème tour je me cale dans ce groupe "Ludivine" plutôt au chaud en n'ayant pas les moyens d'en faire davantage. Sorti en 16ème position.

A vélo les consignes sont de travailler en force histoire de me finir les quadris déjà bien entamés par la rude semaine d'entraînement.
Si la mise en route est assez difficile je trouve rapidement du rythme malgré tout et remonte du monde à vitesse grand V. Avec vent favorable le compteur s'affole. Plutôt étonné j'avoue que j'ai sans doute moins "bossé" ma force pour être davantage in da race et garder le contact.
A la faveur d'une portion en A/R (au revêtement et dénivelé que je n'aime toujours pas ;)) je mesure les écarts : le jeune Dupuy fait un festival en tête, mon Carlou en 2ème position suivi par une meute de tête bien connue comme GG Betch, Ludo Prouzet,Yann Rocheteau, Thorounet Berben et Pat Durand.

Sur le retour je suis toujours super bien et ne suis nullement troublé par mon travail spé' et le vent moins favorable. Aidé par Pat et Thor que j'ai en ligne de mire je reviens doucement et viens poser en 6ème position avec des cuisses bien détruites. Objectif atteint !



Mes premières foulées sont plutôt rassurantes malgré le passage délicat dans le sable et sur la passerelle (que je n'aime toujours pas non plus ;))) ... mais rapidement les jambes sont très lourdes.
A la fin de la 1ère boucle je reprends Ludo, un peu plutôt que d'habitude tiens .. mais cette machine revenant de l'IM Wales est sans doute légèrement plus fatiguée qu'à l'accoutumée ;))
Puis on m'annonce les écarts et un podium à ± 30s. J'y croirais qu'à moitié, reprenant Jérémie, et finissant à 13s de Yann (que je retrouverai très prochainement sur Big Island) à une honnête 4ème place (c'est une constante cette année c'te place, tiens ..)

En tête mes compères du Bouliac Triathlon ont assuré le spectacle en étant aux avant-postes et en finissant main dans la main. Bravo à Jérome et Carl pour leur victoire. Très beau, très fort ! .. et puis il a de la gueule ce podium, hein !


Résultats : 4ème / 325 arrivants


Aujourd'hui nous sommes à J-3 du départ vers KONA. Mardi matin très tôt via Paris et LA je volerais avec Christine et Oskar-Max vers mon rêve de triathlète ;) .. mais pas seulement.
Arrivés sur place le soir même s'en suivra, dès le lendemain, une période d'adaptation et de tapering pour être au pic de forme le samedi suivant. 
En tous cas à ce jour, et pour rebondir sur mes derniers billets, j'ai retrouvé un bon niveau, les sensations sont bonnes et les minis bobos semblent doucement disparaître .... 
Aussi en bonne condition qu'à quelques jours de Francfort, la pression de la qualification en moins, je mesure la chance que je vais avoir de pouvoir être avec mes proches sur cette île. Enjoy ....


Crédit photos : JULIE BOYER

dimanche 16 septembre 2012

Kona : le dernier mois ...

Après un cycle chargé d'une quinzaine de jours suivi d'une petite semaine de régénération nous voici dans le dernier mois de prépa' for Kona. J'ai hâte d'y être maintenant avec toute la petite famille, c'est de plus en plus concret, et ce d'autant plus que j'ai pu avoir un aperçu des premières séances à réaliser là-bas . Top .... !


En toute sincérité ce fût difficile de s'y remettre. Mentalement il a fallu se faire bien violence, mais avec les efforts physiques et les bonnes sensations revenues on peut dire que j'y suis à nouveau, et pas qu'un peu ..
En infime délicatesse toutefois avec mon genou droit et mon tendon d'Achille je dois donc faire très attention.   Redoublement de vigilance sur le sommeil, l'alimentation, la récupération et l'hydratation notamment ..
Entre le boulot, la prépa' et la famille je suis full de chez full. De quoi se sentir vivant, et çà c'est bon  !!!!


Pour finir ce billet je suis tout heureux de vous faire part des premiers partenaires qui me soutiendront pour cette aventure hawaïenne . Je voudrais donc remercier :

 - EDF et plus particulièrement le CNPE du Blayais pour son précieux soutien

 - I-RUN (www.i-run.fr) pour son aide matériel ZOOT

lundi 3 septembre 2012

- Sprint CLM de Cognac (Challenge SudOuest)


Seconde étape du Challenge Sud-Ouest à Cognac pour le Team Bouliac. 4ème de la 1ère épreuve, et en l'absence du STP 2ème à Bordeaux, nous avons bon espoir de garder la 3ème place.
Ce sera chose faite après une course, sans être transcendants, solide et mentalement accrocheuse.

Une natation vraiment pas terrible, mais sûrement à mon niveau ... j'ai beau avoir de meilleurs sensations le gap est énorme avec les excellents nageurs.
Le Team Charentes sortant en même temps que nous, effectuant une meilleure transition s'envole à vélo. Nous les reprendrons dans la 3ème boucle à vélo (nous avons été costauds vu le chrono mais là encore il y avait moyen de faire beaucoup mieux en gérant mieux les nombreuses relances notamment).

Départ sur la course à pied avec les charentais. Nous passerons devant, ils nous repasseront pour finir à une poignée de seconde devant. A titre perso j'ai à nouveau pas mal souffert sur cette cap, manquant cruellement de vitesse -j'ai beau courir vite sur IM le curseur de vitesse ne signifie pas vraiment la même chose sur sprint ;-)- le second souffle ne viendra jamais et grâce à mes coéquipiers -que j'ai détesté pendant 16'59- je donnerais le max pour permettre à Bouliac de terminer 5ème au scratch.

Résultats CLM Cognac
Résultats Challenge SudOuest









dimanche 26 août 2012

Retour aux choses (très) sérieuses !

Quelques nouvelles de la préparation pour Hawaii. Semblant de rien l'échéance arrive vite, plus rapidement que je ne le pensais en tous cas.
Dans un gros mois nous serons sur le point de nous envoler pour Kona. A ce propos le voyage est bouclé à 80% avec billets d'avions et logement déjà assurés (un poids en moins non négligeable).

Pour revenir au côté sportif, après 15 jours de repos post IM (et un mariage pour couronner le tout ;)), j'ai entamé un cycle de reprise.
Si en natation les sensations ont été d'emblée (ou presque) très bonnes, j'ai un peu eu plus de mal avec le vélo, notamment dans l'envie, la motivation ... mais c'est ± revenu à ce jour. Ce n'est pas tout à fait le cas avec la course à pied. Là c'est franchement difficile physiquement et je suis loin de mon niveau. Un gros cycle de 2 semaines arrive pour corriger cela.
Il faudra dans le même temps, comme un gimmick triathlètique, faire en sorte de perdre cette surcharge pondérale qui, on s'en doute, est pour beaucoup dans les sensations très moyennes en course à pied.

Ce cycle de reprise s'est donc achevé avec une semaine de vacances régénératrice du côté du Gard. Elle m'a fait beaucoup de bien moralement. J'en avais besoin avant d'attaquer un mois de septembre costaud.

D'ailleurs pour 'valider' cette fin de cycle j'ai participé ce dimanche 26/08 au 10.2 km valonné de Cubzac-les-ponts.
Une course à domicile qui me permettait de reépingler un dossard depuis Francfort. Une 5ème place sur 84 participants avec un chrono de 36'45. Peu fameux mais dans la lignée des aptitudes du moment et des consignes à respecter sur cette course.

Bon allez maintenant, au charbon, s'agit pas d'aller "tout là-bas" pour faire de la figuration ;)


mercredi 18 juillet 2012

Retour sur IM Frankfurt'12




Finalement je garderai la partie purement "technique" de la course pour moi ...
Pas vraiment envie de refaire la course ici ... le coach a raison sur une épreuve si longue la perfectibilité est de mise sans aucun doute. Il y aura toujours moyen de faire mieux, c'est certain ... Seulement là je vais retenir ce moment INOUBLIABLE où en franchissant la ligne j'ai la certitude d'avoir notre billet en poche pour le Pacifique.
Certain qu'il est important pour moi ce ticket, mais il l'est tout autant pour mes proches pour pouvoir partager. Partager ce voyage, partager la joie d'être récompensé de tous ces efforts, partager toutes ces émotions ...



Je voudrais, comme le veux l'usage, remercier mes copains de la - Bouliac Sky Team Triathlon - pour la superbe saison (et ce n'est pas fini) où décontraction et compétition font excellent ménage. Vous m'avez poussé cette année à me surpasser. Merci les gars !

Merci à tous mes compagnons de route pour les longues sorties vélo durant la prépa' (Julia, Franky, Lucho, Erwan, Malikou, Pépito, Narbé, Fanfan, Valéric ..). Et en particulier à Ben et Raph' pour leur bonne humeur avant & après FKT !

And last but not least ... un Gigantissisme Merci à Nicolas Hemet alias TheQuick pour ce qu'il a pu tirer de meilleur en moi pour accéder à mon rêve de triathlète.
Sans lui il y a des barrières que je n'aurais jamais osé renverser. Il m'a fait comprendre également, au-delà même de la préparation purement physique, qu'il y a des éléments négatifs inhérents à une préparation ou à la course elle-même et que ce n'est pas forcément un drame.

Merci coach, vraiment ...

NB : une pensée pour Christelle F. : Tu l'auras ton billet, lâche rien ... c'est dur à encaisser, faut pas se voiler la face, mais ta revanche n'en sera que plus belle !



Des photos pelle-mêle de la course du 08 juillet 2012: